Les techniques pour dissimuler une cicatrice

Même si elles sont en vogue lors de la fête d’Halloween, les cicatrices ne sont pas toujours faciles à supporter en temps normal. Elles font partie de votre vie et vous vous êtes persuadés de ne jamais pouvoir vous en débarrasser. Sachez qu’il existe de nos jours des techniques permettant de masquer ces traces disgracieuses.

Faire appel à la chirurgie

Une cicatrice est due à une incision de la peau arrivée lors d’une blessure ou d’une opération. On ne peut malheureusement pas la faire disparaître, elle reste donc définitive. Néanmoins, il est possible de la diminuer, voire de la rendre moins inesthétique.

Faire appel à la chirurgie réparatrice peut vous permettre de vous sentir plus à l’aise avec votre corps. Le principe de la réparation consiste à refaire une incision dans le bon sens de la peau pour ainsi éviter les tensions sur la plaie. On incise dans la cicatrice puis on la referme. La trace restante sera donc moins visible qu’auparavant. Il est parfois nécessaire de greffer un morceau de peau qu’on aura extrait d’une autre région. Avant de vous orienter vers un professionnel, vous devrez attendre que votre cicatrice soit bien stabilisée. Le choix de la technique à adopter se fera par rapport à la nature de votre peau et au type de stigmate que vous avez.

La méthode du laser

Le laser est efficace pour traiter les cicatrices d’acné, de varicelle, d’opération chirurgicale, ou faisant suite à un traumatisme (blessure, brûlure). En fonction de la cicatrice, le laser utilisé ne sera pas le même. Celui à infrarouge suffira pour les marques superficielles tandis que celui à colorant pulsé sera employé pour les blessures dites inflammatoires. Le laser stimule la production de collagène, ce qui va permettre à la peau de retrouver sa souplesse naturelle. Il faudra compter entre 3 à 6 séances de laser pour arriver à un résultat optimal. Généralement, ce traitement n’est pas ou peu douloureux. Il est possible de ressentir comme un léger picotement et une sensation de chaleur localisés à l’endroit traité. L’utilisation d’un anesthésiant n’est donc pas indispensable.

Les cicatrices lors d’une augmentation mammaire

Certaines interventions chirurgicales laissent malheureusement des marques importantes sur le corps. Le cas de l’augmentation mammaire en fait partie. Si cette intervention est primordiale pour soigner le mal-être d’une patiente, celle-ci risque par la suite de souffrir de la cicatrice visible sur sa poitrine. En effet, 3 types de cicatrices peuvent être rencontrés lors d’une augmentation mammaire : sous le bras (incision axillaire dans un pli naturel), au niveau de l’aréole (incision péri-aréolaire dans la zone pigmentée) ou au niveau du sillon sous-mammaire (sous le sein) qui n’est seulement visible qu’en position allongée.

Celle sous le bras a l’inconvénient de devenir boursouflée et épaisse. La cicatrice au niveau de l’aréole ne se voit pas, car elle est cachée par la couleur de l’épiderme. La dernière  située sous le sein reste légèrement visible, mais l’accepter permet de faciliter l’implantation de prothèses de toute taille. Plus de détails sur www.damienvanderstegen.com

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
This entry was posted in Informations pratiques. Bookmark the permalink.