Bon à savoir sur les prescriptions infirmières

La loi accorde aux infirmières et aux infirmiers le droit d’administrer des médicaments et prescrire des ordonnances sous leur propre responsabilité. Toutefois, vu la complexité de leur profession, ils doivent remplir quelques conditions relatives à leurs compétences et à leur vigilance. De plus, ils sont tenus de respecter les obligations déontologiques qui sont imposées dans le cadre de l’exercice de leur fonction et des prescriptions.

Les deux cas de prescription

Depuis l’application de l’arrêté du 20 mars 2012, la prescription médicale n’est plus réservée aux médecins. Désormais, la loi donne aux infirmiers l’autorisation de prescrire pour leurs patients des médicaments dans deux situations distinctes.

Pour le premier cas, la personne qui exerce cette profession ne peut se prévaloir de son droit que si elle intervient si le cas considéré correspond à sa spécialité. Puis, seule la prescription de quelques dispositifs de santé qui sont répertoriés dans LPPR (ou liste des produits et prestations remboursables) est autorisée aux infirmiers à l’exclusion des médicaments contre-indiqués par le médecin. Parmi la liste, sont concernés les :

  • articles de pansement
  • cerceaux pour équiper le lit des patients
  • dispositifs médicaux indispensables au soin de l’incontinence et des maladies de l’appareil urogénital
  • équipements médicaux nécessaires à la perfusion pour services à domicile

Quant au second cas, mises à part les modalités imposées dans le premier cas, l’infirmier peut également prescrire d’autres dispositifs listés dans LPPR après en avoir obtenu l’accord du médecin du patient. Les articles touchés par cette autorisation sont:

  • les matelas ou surmatelas en mousse sous forme de gaufrier et le coussin qui servent à prévenir contre les escarres
  • les pansements
  • la Sonde naso-gastrique ou naso-entérale pour les patients à domicile
  • les orthèses élastiques de contention utilisés pour les membres
  • les accessoires conçus pour le lecteur de glycémie

Pour les deux derniers dispositifs médicaux, ils ne peuvent être prescrits par l’infirmier que si la prescription prévoit un renouvellement à l’identique.

Les obligations déontologiques de l’administration de médicaments

Pour protéger les patients des erreurs médicamenteuses causées par les négligences de l’infirmier, la loi a défini les responsabilités de ce dernier avant, durant et après l’administration du traitement. De prime abord, le texte précise bien que cet acte nécessite la maîtrise du type, de l’action thérapeutique, de la posologie, des effets secondaires et de la méthode d’administration du médicament. Puis, en cas de doute du patient, l’infirmier doit fournir à celui-ci les explications liées à l’ordonnance. A ce sujet, en suivant ce lien, il est possible de récupérer une commande de médicaments auprès d’un pharmacien sans attendre au comptoir grâce au service « Drive ».

Par ailleurs, au cours de l’opération, le personnel médical doit vérifier si c’est le bon patient et le médicament adéquat. Puis, il doit s’assurer à ce que le soin soit administré au bon moment et par la bonne voie. Par la suite, il est tenu de respecter la dose prescrite. C’est le principe des « 5 bons ». Après l’administration, l’infirmier surveille le patient pour pouvoir ajuster en temps réel la thérapie en cas de complication.

 

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
Bon à savoir sur les prescriptions infirmières, 10.0 out of 10 based on 1 rating
This entry was posted in Informations pratiques. Bookmark the permalink.