Cancer du pancréas : l’une des maladies dégénératives les plus redoutées au monde

Le cancer du pancréas est l’un des plus meurtriers. Il est d’ailleurs classé dans la catégorie des « mauvais cancers ». Il est aussi l’un des plus redoutés parce qu’il est souvent diagnostiqué trop tard. D’autant plus que les cellules cancéreuses sont difficiles à vaincre et aucun traitement efficace n’a encore été développé. Mais il existe cependant quelques signes qui permettent d’identifier la maladie. Il est également important de connaître les facteurs à risque pour mieux s’en protéger.

Reconnaître les symptômes du cancer de pancréas

Le cancer du pancreas fait particulièrement peur, même s’il ne concerne que 3% des tumeurs. Ainsi, il fait à peu près 10 000 victimes par an en France. Cette maladie est quelquefois appelée « affection silencieuse » parce qu’elle est particulièrement difficile à détecter. Les symptômes sont habituellement absents au stade initial. C’est la raison pour laquelle la pathologie est souvent traitée tardivement.

Les signes d’alerte n’apparaissent qu’à la phase de croissance. Ils se manifestent sous forme de déséquilibres hormonaux, de jaunisse et d’engraissement des selles. En effet, la glande ne peut plus secréter certains enzymes essentielles à la digestion.

Bien sûr, d’autres affections peuvent entraîner ces symptômes. Ainsi, dès l’apparition de ces derniers, il est recommandé de consulter rapidement un médecin pour effectuer des examens plus approfondis. Le prélèvement sanguin est particulièrement nécessaire pour mesurer le taux de sucre et  évaluer la santé du foie.

Par ailleurs, les spécialistes prescrivent souvent une échographie abdominale pour identifier la présence d’amas graisseux, ce qui  pourrait bloquer les canaux pancréatiques. Enfin, une IRM et une CPRE sont fondamentales  pour détecter les cellules cancéreuses et voir s’il y a une masse développée dans le pancréas.

Les traitements du cancer et les conseils pour ménager son pancréas

Le cancer du pancréas ne peut pas être traité, à moins qu’il soit détecté à sa phase initiale et avant que les cellules n’atteignent d’autres organes. Cependant, les signes qui apparaissent à ce stade ne font pas penser d’emblée à une tumeur. C’est pourquoi, seulement 20% des personnes qui sont atteintes de la maladie parviennent à la dépister à temps. Le traitement de l’affection passe souvent par l’ablation d’une partie de la glande, ce qui peut augmenter le taux de survie de 5 à 8 ans.

Dans le cas où le cancer n’est plus opérable, la chimiothérapie et la radiographie peuvent aider à réduire le nombre des cellules cancéreuses et à maintenir le patient en vie. Néanmoins, quelques remèdes sont encore en phase de test et ils  promettent des résultats plus ou moins efficaces contre la tumeur.

Toutefois, la meilleure manière d’épargner la maladie est de s’en protéger. Et ceci passe notamment par l’amélioration de son alimentation. Limiter sa consommation de sucre, de boissons alcoolisées et d’aliments gras est une condition indispensable au bon fonctionnement du pancréas.

 

 

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
This entry was posted in Généralités. Bookmark the permalink.